Transition écologique

“Méditerranée Porte des Maures” est impliquée depuis déjà plusieurs années dans différents domaines de l’environnement. Depuis 2018, elle est fortement mobilisée en faveur de la transition écologique du territoire.

Elle joue le rôle de coordinatrice de la transition énergétique et globalement écologique pour les 6 communes du territoire. Tout cela en cohérence avec le cadre défini par la Région Sud Provence Alpes Côte d’Azur,

Le Plan Climat-Air-Énergie Territorial (PCAET)

“Méditerranée Porte des Maures” a lancé l’élaboration d’un Plan Climat-Air-Énergie Territorial.

Cette démarche de planification, à la fois stratégique et opérationnelle, concerne tous les secteurs d’activité. Le programme d’actions sera alors construit avec des acteurs économiques et sociaux impliqués sur le territoire.

Les objectifs principaux du Plan Climat-Air-Energie Territorial sont :

  • De réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES)  du territoire,
  • De réduire les émissions de polluants atmosphériques,
  • D’adapter le territoire aux effets du changement climatique, afin d’en diminuer la vulnérabilité.

L’énergie est le principal levier d’action dans la lutte contre le changement climatique et la pollution de l’air. Il propose 3 axes de travail : la sobriété énergétique (réduire les consommations d’énergie), l’amélioration de l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables.

Le PCAET actera la mobilisation de “Méditerranée Porte des Maures” pour développer une dynamique autour des enjeux climat-air-énergie.

Le Contrat de Transition Ecologique du Massif des Maures (CTE)

Le Syndicat Mixte du Massif des Maures et les 3 intercommunalités qui le composent ont décidé de déposer auprès de l’Etat fin 2019 un dossier de Contrat de Transition Energétique. L’objectif est de structurer des projets durables et concrets. Ce contrat acte, sur une durée de 4 ans, l’engagement du territoire à multiplier les démarches en faveur de la transition écologique. Il réunit des projets publics ainsi que des projets portés par des acteurs privés.

Au travers du CTE, le Syndicat du Massif des Maures et les 3 intercommunalités partenaires ont pour objectif de répondre à l’urgence climatique. Avec la volonté de positionner le Massif des Maures au cœur de la transition écologique des territoires, cela passera notamment par :

  • La remise d’activités au sein du Massif, par la poursuite des efforts d’inversion de la déprise forestière et agricole. Cette dernière accroît les risques naturels et provoque la fermeture des milieux naturels,
  • La gestion du massif adaptée au changement climatique. Place au développement des services rendus par le massif et la diversité de ses espaces forestiers, naturels et agricoles en matière de transition écologique,
  • La création d’énergie renouvelable en adéquation avec les particularités du territoire,
  • La création (et re-création) de liens entre les différents usages du Massif et les différentes politiques menées.

Un CTE ambitieux

Ce CTE doit concourir à la préservation et au développement d’une identité patrimoniale du Massif des Maures. L’attractivité du territoire vis-à-vis d‘un tourisme durable en complémentarité au tourisme balnéaire sera un effet induit de cette stratégie. On mettra également en valeur le patrimoine culturel et historique afin de l’intégrer au projet. Pour cela, on devra créer des infrastructures touristiques pour qu’une offre existe.

On devra également se réapproprier le massif en tant que cadre de vie pour les locaux et périurbains C’est un résultat majeur attendu de ce CTE.

Enfin, le Syndicat et les intercommunalités veulent construire leur projet de transition écologique en plaçant l’écologie au cœur d’un projet économique durable, moteur d’emploi local.

Le contrat se décline en 5 orientations  :

  • Développer une gestion forestière durable qui contribue à l’atténuation du changement climatique
  • Préserver et restaurer les fonctionnalités du Massif en matière de biodiversité mais aussi de paysage
  • Intégrer les aléas méditerranéens, planifier et gérer la préservation de la ressource en eau
  • Développer une agriculture vivrière méditerranéenne, principalement orientée vers les circuits courts
  • Accueillir, organiser et concilier les usages, puis sensibiliser voire éduquer aux enjeux de la transition
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×